Bruges avec les minus (fin)

JOUR 3

Les filles se sont réveillées respectivement à 8h et 8h30. Les vacances je vous dis!

On a encore une fois mis un peu de temps à se préparer. Le programme de la journée n’était pas encore tout à fait décidé.

On voulait juste aller du côté de Knokke-Heist dans un premier temps, avec soit la plage et un restaurant qu’on nous avait conseillé, soit la réserve d’oiseaux Zwin. J’ai tranché pour les oiseaux, vu qu’il fallait marcher, je me suis dit que le matin quand elles étaient encore en forme serait une bonne idée (toujours écouter maman).

Donc nous voilà partie pour Zwin, à 20min de Bruges environ. La réserve naturelle se trouve à la frontière des Pays bas, mon téléphone m’envoyait donc régulièrement des sms pour me souhaiter la bienvenue au Pays bas ou en Belgique. \o/

237791img20170814123850

Le parking est payant, 5€, beaucoup de gens y vont en vélo, tout le monde a un vélo là bas et c’est encore le moyen de transport le plus pratique. Mais bon, il fait beau, les oiseaux chantent et les filles sont de bonnes humeurs.

En passant à Knokke nous avons du croiser plus d’une dizaine de voitures de luxe et si ça n’en était pas, c’était des voiturettes de golf, ou des gens avec des polo et des shorts très chers sur de jolis vélos de ville rutilant. On faisait presque tache avec notre petite clio.

2024361502975152019Arrivé au Zwin natuur park, on achète les billets, 12€ par adulte, 5€ pour les 6-17ans et gratuit pour les plus petits. On peut aussi louer des jumelles pour enfant ou adulte. Bien inspiré j’en loue une paire à Minus première (pour 2€). On nous donne aussi 4 cartes électroniques pour l’exposition, qui nous permettront de suivre tout le long de l’expo un oiseau qui nous sera attribué au début. Cette partie là était très interactive, avec des tablettes sur lesquelles on passait notre carte et qui ajustait le contenu en fonction de l’âge, la langue et donnait des infos sur l’oiseau qu’on suivait, sous forme de jeux, textes ou vidéos.

 

Il y avait également différents petits ateliers marrant, retrouver les oeufs de son oiseau, apprendre à voler grâce à différents simulateurs, …

Nous avons tous apprécié cette visite!

900303img20170814140123

Après l’exposition, direction le parc en lui même à la découverte des oiseaux qui y vivent. La journée était magnifique, avec un beau soleil au rendez vous, ce qui n’était que plus agréable. On aperçoit directement des cigognes en sortant, perchées sur des nids en hauteur, nous avons un plan avec les circuits à suivre, jalonnés de « cabanes » d’observations, d’explications ou autres.

Une partie du circuit se passe en foret, ou il est vrai que n’étant pas des ornithologues très aguerris, nous n’avons pas vu grand chose, un petit piaf marrant qui poussait des cris aigus et qu’on a été incapable de reconnaitre. Première cabane, derrière une vitre sont disposés eau et nourriture et nous voici devant un écureuil et 2 ou 3 oiseaux qu’on ne reconnait toujours pas. Peut être y avait il un pivert?

Au centre du circuit, il y a des étangs, ou l’on peut observer oies rieuses, spatules blanches, canards, … Des jumelles et télescopes sont disposer dans certaines cabanes pour mieux voir, mais pas très accessibles aux plus petits. Minus première n’a jamais lâché ses jumelles, même si elle n’arrivait pas à s’en servir correctement. Bref, elle a quand même vu quelques oiseaux, pu entendre leur chant dans une cabane dédié, voir ce que les différents oiseaux mangeaient dans une autre. Le seul point négatif, c’est que beaucoup de choses étaient écrite en flamand dans les cabanes, non traduites. Quitte à ne choisir qu’une langue dans un lieu touristique, autant écrire en anglais partout, mais bon.

1380961502975291362

Arrivés un peu tard sur le site, les filles ont discrètement grignoté en marchant (pique nique interdit), ont bien apprécié la balade et il n’y a eu presque aucun cri ou manifestation de mécontentement alors qu’elles ont quand même marché plus de 3km. Victoire!

Notre tour terminé, et au vu de l’heure un brin tardive, on décide de manger un morceau à la brasserie accolée au parc.

Bon, si vous avez le choix, faites autrement, 17€ un morceau de poulet et des frites ou une salade et 12€ le morceau de poisson pané du menu enfant, comment dire que bon, ça se passe de commentaires.

Après manger, le temps de se décider sur la suite des événements, on emmène les filles sur la petite aire de jeux annexe. Le meilleur moment de la journée selon elles. #lesminus Chabidou a sauté sur le premier bébé venu, le couvrant d’envahissant bisous et câlins, pas besoin de s’encombrer de présentation.

Les Pays bas étant a côté et avec l’espoir secret que les filles dorment un peu dans la voiture sur le trajet, nous avons pris la direction de Sluis.

486424img20170814172221

Evidemment, dormir c’est pour les faibles, alors après avoir payé 3€ de parking, on décide de faire une pause pour prendre un verre et le dessert pour Minus première. Elles ont animé le bar, danses et chants au rendez vous, avant de partir découvrir la ville. J’avais repéré un musée qui avait l’air sympa, le Bizarium, mais il était fermé le lundi, donc on a juste parcouru tranquillement la ville a pied, avec deux minus qui commençaient à fatiguer. Chabidou c’est essayé à marcher à reculons au milieu de la foule, et Minus première avait l’envie soudaine qu’on lui achète tout ce qu’elle voyait.

La fatigue aidant, la nuit c’est précédée de crises monumentales bien difficiles à calmer.

Et voilà une nouvelle journée bien remplie!

JOUR 4

La fin de notre périple s’achève déjà le lendemain, après un dernier petit déjeuner au b&b et des au revoir à notre hôte, nous repartons sous la pluie et l’orage sur Bruges pour une dernière visite avant de rentrer.

963852img20170815133634Je voulais visiter le musée groeninge, avec une jolie collection d’oeuvres de primitifs flamands et l’historium, qui nous replonge dans le Bruges médiéval. L’homme est plus enclin a faire l’historium et comme nous n’aurons le temps que pour l’un ou l’autre, nous nous dirigeons vers le Markt pour découvrir l’Historium. Gratuit pour les 0-2ans, 7,50€ pour les 3-12ans et 13,50€ pour les adultes. Avec possibilité d’acheter un billet combiné avec le musée Groeninge (17,50€) pour une visite la même journée.

L’exposition commence dans une entrée ou l’on vous équipe d’audio guide, on passe ensuite une porte d’ou sort de la fumée pour se diriger dans différentes salles ou l’on suit l’histoire de Jacob, apprenti chez le peintre Jan van Eyck. Ambiance sombre et feutrée, petit film dans chaque salle, parfois statues et décors un peu impressionnants, j’ai eu un bébé greffé, caché sous mon gilet tout le long du tour. Et une grande fille pas si rassurée à côté. Mais c’était sympa et pas trop long.

437483img20170815115021

L’exposition se poursuit de façon un peu plus traditionnelle, avec des jeux ludiques pour les enfants et une jolie vu sur la place.

Midi, on cherche ou manger avant de repartir et j’ai le malheur de laisser l’homme choisir une nouvelle fois. On est encore une fois les premiers à rentrer dans un restaurant pas loin du markt, et encore une fois l’attente fut… longue. Très longue… Les filles n’en pouvaient plus, Chabidou s’amusait à faire des trous dans la nappe et Minus première se disait que faire les mêmes bêtises que sa soeur c’était une bonne idée. J’ai commandé un filet mignon, qui est en fait, surprise, une pièce de boeuf, l’homme une carbonade flamande et les filles du poulet grillé, accompagné évidemment de frites. C’était bon, mais cher. C’était encore une fois tellement long qu’on a zappé le dessert et qu’on est partie retrouver la voiture pour rentrer à la maison.

Bruges est une ville très agréable du moment qu’on évite les places trop touristiques et les restaurants vides ou touristiques. Des activités pour contenter tout le monde et tous les âges. Le mini aperçu des Pays bas nous a également bien fait envie, qui sait pour un prochain long we, Amsterdam pourrait être sympa. 🙂

Vous connaissez Bruges et ses environs?

Hanh

Publicités

Bruges avec les minus

532678img20170812174817

Un weekend prolongé, envie de prolonger nos vacances, d’évasion et de découvertes. Bruges nous a appelé. A moins de 3h de Paris, voilà une destination qui vaut le détour.

Pour notre première fois dans cette ville et même en Belgique, nous avons choisi un bed and breakfast qui nous paraissait sympa et pas trop loin du centre, même si pour le coup, nous n’étions pas au coeur de la ville, notre hôte et l’accueil dans la maison d’hôte ont était parfait. Nous avons logé au B&B Le Coquin (en référence au COQ, m’enfin qu’aviez vous en tête!), situé au nord de la ville.

JOUR 1

Nous sommes partie en fin de matinée, pique niqués en cours de route et sommes arrivés vers 15h30 au b&b.

Notre hôte nous a donné quelques conseils de visite, indiqué les parkings et les façons de nous rendre au centre ville. Il loue des vélos au besoin, à pied c’est à environ 20-30 min. En voiture, les parkings souterrain permettent de se garer pas trop loin du centre ville, mais ceux dans lesquels on a voulu se garer étaient soit loin, soit complets, (celui dans le sud de la ville, vers la gare propose un pass pour le bus pour la journée avec la place de parking). On peut aussi se garer dans les rues adjacentes à l’hyper centre, il y en a pas mal, mais c’est très cher, 7 euros les 3h30 par exemple… Nous avons choisi cette option le premier jour pour faire un petit tour avant le lendemain.

La ville n’est pas très grande, plate, donc tout se fait aisément à pied. Avec un porte bébé ou une poussette avec un petit pour compléter les moments de fatigue, c’est parfait.

658779img20170812174154

Après un premier tour au Markt et au Burg, les places principales de la ville, Minus première a pu gouter aux gaufres et Chabidou c’est contentée d’un bol de fraises, ce qui a eu l’air de lui convenir. Les rues passantes sont agréables, les bâtiments magnifiques. Des calèches sillonnent le centre historique régulièrement, Chabidou hurlait CHEVAUX, au moindre bruit de sabot, à grand coup de coucou et « encore cheval ».

Pour le soir, nous avons fait quelques courses dans un carrefour express, histoire de grignoter dans la chambre avant de coucher des minus bien fatiguées.

JOUR 2

Nous voilà réveillés autour de 7h30 par des petites filles au taquet. Le temps de se préparer pour aller déjeuner, il était déjà 9h passé, les vacances nous ont bien vite rattrapées.

Les filles au début un brin timides et impressionnées se sont mis à danser et à chanter dans la salle de petit déjeuner dès que la radio fut allumée. Petit déjeuner plus que copieux et surprise, notre super hôte avait même des choses à manger pour Chabidou, des cracottes sans gluten, des boissons végétales, des oeufs, des fruits, fruits secs et oléagineux et un choix bien plus qu’impressionnant pour le reste.

885239img20170813114111

Direction le centre ville à pied, j’avais fait un repérage sur ce que je voulais qu’on fasse, l’homme n’était pas toujours très emballé, on a fait en sorte que tout le monde y trouve son compte. On a commencé par aller faire un tour aux jeux, situés dans AstridPark, histoire de motiver un peu nos troupes après avoir bien marché pour arriver en ville.

Un petit tour en ville a suivi, puis nous sommes allés dans un restaurant dont la carte était prometteuse que nous avions repéré la veille. Nous n’étions pas à côté, mais l’homme y tenait (rappelez moi de ne plus l’écouter). The Noon situé sur Hoogstraat. Un resto marocain je crois. Nous y sommes arrivés à 13h, et nous étions les seuls clients. On c’est installé avec des minus un peu remuantes, on a demandé si l’on parlait français ou anglais et on nous a répondu, en français c’est très bien. Mouais. Bref. On tente de commander, le tajine de poulet au citron et pomme de terre nous faisait très envie, on nous répond, il y a d’abord le potage et ensuite on peut faire un assortiment si c’est bon pour vous, bon ok, on verra. On nous sert nos boissons (pas de carafe d’eau ici, on avait toujours une gourde avec nous et prenions un jus de fruits aux filles dans les restaurants souvent). Et on attend. Longtemps. Troooop longtemps, rien n’est prêt, alors qu’il est bien plus de 13h, bref. On nous sert le potage. Je crois que l’horreur dans les yeux de Minus première c’est personnifié à cet instant. QUOI et ELLES SONT OU LES FRITES! Manque de bol, il y avait de la semoule (donc gluten) dans le potage, mais Chabidou a envie d’y gouter, elle, alors on tente, on verra bien. Même l’homme a manger du potage (avec beaucoup de pain certes). Minus première fait toujours grise mine, même le pain ne lui plait pas, comme on a l’air d’apprécier la soupe, elle nous en sert une à la grimace, bien chargée.

Après ce qui nous a paru encore une bordel d’éternité, on ne tenait plus Chabidou, le patron nous appelle au comptoir pour récupérer nos couverts et venir vers le buffet. Il y a des pommes de terre, de la semoule, des pâtes à la sauce tomate, une sorte de dhal, et un gratin pomme de terre/courgettes/agneau, nul poulet en vu. Il sert une première assiette avec de tout. Je tente de limiter les dégâts pour la mienne, mais chabichou veut des pâtes. Bref, il sert une petite assiette à Minus première, qui se met aussitôt a chouiner. Ca ne ressemble pas à des frites.

Elle ne touchera pas à son assiette, même pour manger les pâtes. Chabidou elle a mangé les pommes de terre et quelques pâtes ( on c’est dit qu’on verrait bien). D’autres personnes sont arrivées à ce moment là, servi bien plus vite et oh surprise, du tajine de poulet arrivait sur le buffet quand on partait… On a zappé le dessert tellement on a eu peur d’attendre encore une plombe.

Bref, ce qu’on a mangé était bon, mais c’était bien trop long et pas vraiment ce qu’on voulait manger. Il ne nous a pas fait payer pour les enfants, c’est toujours ca. Si vous avez pas envie de passer votre aprem au restaurant et avait envie de manger un truc précis, FUYEZ!

728033img20170813144939

Les filles voulaient ensuite faire du bateau, on est alors partie en quête d’une embarcation pour faire le tour de la ville en petit bateau à touristes. 8€ par adulte, 4 € par enfant de plus de 4ans et gratuit pour les moins de 4 ans. C’était très chouette, Minus première avait pris son appareil photo et s’en ait beaucoup servi tout au long du séjour. Ca lui a bien plu et à nous aussi, on passe sous des ponts et on fait le tour de la ville en ayant une très jolie vue, j’avais la chance d’être juste derrière le guide, et du coup j’ai entendu correctement les explications qui étaient débitées de façons un peu robotisées mais étaient intéressantes, par contre, pas sure que les gens du fond aient entendu grand chose. L’homme en a profité pour se faire remarqué, un pigeon c’est délesté de son pesant de caca sur son short. \o/ Et Chabidou, bercé, c’est endormie sur la fin du tour, qui dure environ 30 minutes.

Evidemment, impossible de la rendormir ensuite dans le porte bébé, trop de choses à voir surement.

371906img20170813161941

Je tenais à voir le Béguinage et le Minnewater dans le sud de la ville, donc nous y avons doucement cheminé, suivi d’une minus première du genre relou, qui hurlait sa faim a qui voulait l’entendre, hurlant de plus belle quand j’ai voulu lui acheter des fruits, elle voulait de la GLACE!!! Et faire pipi et elle avait mal aux jambes. Bref, dur, dur. On est quand même arrivé au minnewater, il y avait beaucoup de monde, trop de monde, donc on est rentré discrétos dans un tearoom pour faire faire pipi a la grande et après lui avoir enfin acheté une glace et s’être un peu posé le temps de la manger, nous avons pu profiter plus sereinement de la visite du Béguinage. Un endroit très reposant. Nous sommes arrivés pour les Vespres, les filles étaient fascinées par « ces dames » qui chantaient.

Le retour vers le b&b fut moins agité, nous avions chacun l’une des filles sur le dos, Chabidou à fait une mini sieste et nous avons pu profiter de la vue et avons assisté à la levée d’un des ponts pour laisser passer une péniche.

349855img20170813180712

Pour le repas du soir, j’avais repéré un restaurant bien noté « De grilloir », mais finalement uniquement sur réservation en arrivant là bas, nous nous sommes rabattus sur un snack bien peu touristique (au moins pas d’ambiguïté, on tente pas le français pour communiquer), mais les frites n’étaient pas mauvaises et Minus première a pu manger un burger (avec un steak de fricadelle, mais chut, elle le sait pas). Là aussi, l’attente était longue et Chabidou c’est empressée de le rappeler chaque secondes d’attentes.

Voilà pour ce deuxième jour. Le troisième et quatrième seront pour demain ou plus tard. 😉

Teasing: On a même pris le gouter au pays bas!

Hanh

 

Presque minuscule

Elle est petite, presque minuscule. Elle gueule fort, comme un singe hurleur. Elle a la mâchoire d’un pitbull et les griffes d’un tigre.

144468228400365089202

Elle est souvent accrochée au truc qu’elle préfère au monde, ses tétées à elle, parce que sa mère à qui ils appartiennent vraiment, n’est qu’un accessoire plaisant, en bonus.

Elle a des yeux bleus, ou bien gris, les cheveux fins qui tirent vers le blond, emmêlés souvent. Elle aime bien sourire, elle aime bien bouder. Elle aime bien faire des petits bouts de trucs, les mâchouiller et les cracher par terre.

Elle est insupportable. au moins autant que ses parents. Elle sait qui elle est. MOI. Elle aime les sorcières et les cornichons. Cueillir des pâquerettes et des crottes de papillons. Elle aime bien grimper partout, courir vite, brailler après les pigeons, suivre sa grande soeur. Elle s’écrase souvent par terre, frotte un peu, pleure aussi parfois, se relève et court encore. Elle sait se faire comprendre, mais parle de traviole comme les presque minuscules font. Elles a ses mots à elles. CRRRRRRR, devient le cornichon et les animaux ne sont plus qu’un cri.

Elle adore la physique et la mêle souvent à la biologie, teste volontiers la résistance de l’air sur les joues de sa soeur (PADON NO), expérimente les trajectoires paraboliques avec des objets plus ou moins lourd qui n’ont rien à faire en l’air et essaye de viser, au choix sa soeur ou le minus que j’accueille. Regarde comment ce comporte le pain sans gluten dans un verre d’eau renversé sur la table. Observe l’effet de son superbe crayon marron sur différentes textures, et oui, ça ne donne pas le même résultat, sur une feuille, la table, par terre, la fenêtre, une porte, la cuvette des toilette, son tee shirt ou ses jambes. Je crois que je suis l’une de ses expériences favorites, comment vais je donc réagir à sa prochaine idée? Mais elle reste prudente, la minuscule ira cacher sa tête sous la couette du lit de sa soeur en attendant l’explosion.

Son bébé ne la quitte plus et je cours après mes torchons qu’elle réquisitionne pour lui.

Elle adore la lettre O et les noix de cajou.

927733img20170326113110

Elle ne s’arrête pas bien souvent, mais avec un nom de planète pareil, aussi petite soit elle, forcément, son credo c’est le mouvement et les surprises, les découvertes et l’aventure. Elle sème le vent et est plus qu’heureuse de se laisser emporter jusqu’à en devenir une tempête qui distribue autant de câlins (qui ont du chien dans sa bouche) de bisous et d’amour que de torgnoles, de coups de crocs et de griffes. Avant de partir bouder 5 minutes, avec un petit air renfrogné, croisant les bras, bravant le bon sens et de recommencer.

Elle est presque minuscule, mais elle aura 2 ans dans un peu plus d’un mois. Mon petit Chabidou qui nous rend fous.

Hanh

Des livres, dévorez en!

228108img20161215143722

Vous manquez d’idée de cadeau de Noël? Et pourquoi pas des livres? On en offre aux filles pour chaque occasions, il n’y a même souvent pas besoin d’occasion pour qu’elles en reçoivent. J’ai dessuper tata qui leur dégottent toujours de super histoires, et quand tata histoire vient à la maison, c’est une avalanche de livres qui lui tombent des bras et les filles sont toujours autant surexcitées. Idem quand on rentre dans une librairie, impossible d’en ressortir les mains vides.

4010741481810506246

Si bien que vous ne trouverez pas un seul endroit de la maison dépourvu de livres. Il y en a toujours un qui traine, peu importe combien de fois je peux les ranger dans la journée. A côté du pot, dans la salle à manger, les chambres, la cuisine, même la salle de bain. Sous le lit, la table, les bibliothèques dégoulinent de livres au moindre effleurement, mais ça n’est jamais assez. Ils sont tous lus, certains beaucoup, d’autres moins, parfois écornés, parfois rafistolé, d’autrefois définitivement déchiqueté (heureusement c’est rare). Les enfants font généralement attention, mais certains livres sont plus fragiles (pop up ou à fenêtres par exemple), et s’ils commencent à se déchirer, des petites mains sont irrémédiablement attirées sur ces faiblesses pour les achever. Les livres les plus fragiles, les plus beaux et les plus précieux sont gardés en hauteur et sortie régulièrement, tandis que la grande majorité est laissée à la porté de tous.

705203img20161215150033

Du simple livre papier, cartonné, broché, relié, au livre objet bien plus élaboré, livre pop up, livre puzzle, livre jeux, livres à toucher, à sentir, à écouter, il y en a aussi pour tous les porte monnaies, de 3-4€ à plusieurs dizaines d’euros, dans tous les cas, vous trouverez celui que vos minus aimeront lire avec vous!

528497img20161215170139

On en a tellement qu’il est difficile de faire une sélection exhaustive de tout ce que les filles ou moi préférons, mais voici quand même ceux qui sortent de lot. De la naissance à 5-6 ans, il y en a pour tous les gouts!

Et chez vous, il y aura aussi des livres sous le sapin?

Hanh

Dessins animés pour minus

Vous saviez qu’il existe de mauvaises mères qui font regarder la télé à leurs petits minus, parfois de même pas trois ans! J’vous jure, au bucher!!!!

Lapidez moi, c’est mon cas.

Les filles regardent la télé le weekend, elles prennent leur petit déjeuner devant les zouzous sur la 5, « Hey Ouah Ouah » les met en transe ou devant un dvd et parfois même, elle regarde encore un dessin animé le samedi ou dimanche soir pendant que je fais à manger et que leur indigne de père joue sur le PC. Oui je sais, on ne se plaindra pas de leur échec scolaire certain, ni de leur hyper activité ou de leur insolence et crises diverses.

Je l’avoue, on aime bien aussi regarder des dessins animés avec elles et/ou avoir un moment tranquille.

Je vais vous livrer le petit top des dessins animés que les filles adorent. Pas beaucoup de Disney dans le lot, les méchants c’est pas beau et elles ont tendance à préférer des films ou personne ne meurt. Je dois avouer que je préfère.

982284monvoisintotoroaffiche

1- Mon voisin Totoro

« Deux petites filles, Mei et Satsuki, quittent la ville pour s’installer à la campagne avec leur père. Tout les émerveille : la nature, les animaux… et leurs nouveaux voisins… Elles découvrent en effet l’existence de créatures merveilleuses, les Totoro, drôles de personnages au ventre rebondi. Accompagnées de ces gardiens de la forêt, elles vont découvrir des passages secrets dans des arbres géants, voyager en « Chat-Bus » et faire pousser des graines magiques… »

Pas de méchant, pas de monstre effrayant, mais deux petites filles curieuses, quelques créatures attachantes et un soupçon de magie. Le film dure quand même 1h30, Chabidou ne regarde jamais aucun film en entier de toute façon, mais Minus première du haut de ses 4 ans, le regarde d’une traite depuis bien un an. Elle l’adore et le redemande régulièrement. L’histoire est simple et tout a fait adapté aux plus petits, il y a différends degré de lecture, si bien qu’il enchantera aussi les plus grands. C’est le premier film qu’elle a regardé en entier, sachant que nous n’avons que la version japonaise, bonus, elle compte et chante en japonais maintenant. \o/

2- Ponyo sur la falaise

« Le petit Sosuke, cinq ans, habite un village construit au sommet d’une falaise qui surplombe la Mer Intérieure. Un beau matin, alors qu’il joue sur la plage en contrebas, il découvre une petite fille poisson rouge nommée Ponyo, piégée dans un pot de confiture. Sosuke la sauve, et décide de la garder avec lui dans un seau.

Ponyo est aussi fascinée par Sosuke que ce dernier l’est par elle. Le petit garçon lui promet de la protéger et de s’occuper d’elle, mais le père de Ponyo, Fujimoto – un sorcier autrefois humain qui vit tout au fond de la mer – la force à revenir avec lui dans les profondeurs. Bien décidée à devenir humaine, Ponyo s’échappe pour retrouver Sosuke. »

Alors, celui là, c’est le préféré de Chabidou, pourtant il comprend quelques scènes un peu impressionnantes, notamment, les vagues personnifiées en poissons sombres et inquiétant qui viennent récupérer Ponyo. Mis à part ça, c’est une très jolie histoire, qui comme Totoro à plusieurs niveaux de lecture, je ne pense pas que Chabidou ait compris le plan un brin tordu de Fujimoto pour changer le monde, mais elle se concentre surement plus sur les deux petits protagonistes attachant et leur quête. Des bons sentiments et une belle histoire.

3- Kiki la petite sorcière

« A l’âge de treize ans, une future sorcière doit partir faire son apprentissage dans une ville inconnue durant un an. Une expérience que va vivre la jeune et espiègle Kiki aux côtés de Osono, une gentille boulangère qui lui propose un emploi de livreuse. »

Aucune scène impressionnante ici, on suit juste une petite sorcière, kiki et son chat Jiji (succès fou auprès des minus) dans sa quête pour devenir une gentille sorcière confirmée. Une petite fille qui vie des hauts et des bas, qui tombent sur des gens qui l’aident et la font avancer et d’autres un peu pimbêches qui la laisse dans l’incompréhension.

Encore un joli conte, avec une morale très intéressante pour les minus.

131041img20161205131354

En dehors de ce top trois qu’elles réclament le plus, on trouve quand même des Disney et des Pixar, notamment Nemo et Rio qui leur plaisent beaucoup, mais elles restent rarement devant tout le long du film.

Batpapa à montré « Dragons » à Minus première qui a bien aimé, malgré des scènes très limite pour son âge, je pense que vers 5 ans c’est mieux. Idem pour Le voyage de Chihiro, mais là c’est la faute de maman, elle l’apprécie quand même, mais l’histoire est un peu plus compliqué et l’univers un peu moins rassurant que Totoro par exemple.

L’âge de glace, Cars et Vice versa ont aussi réussi à capter l’attention de Minus première, sans qu’elle demande à les re regarder.

Il y a par contre des dessins animés qui ont fait un véritable flop, j’entends par là, La reine des neige, passé 2 minutes exactement, elles se barrent jouer à autre choses, même si minus première m’en parle régulièrement (merci l’école…) et aime bien le bonhomme de neige, elle n’accroche pas au dessin animé. Idem pour le Roi lion, qui la laisse de marbre et j’ai envie de dire qu’avec la scène des buffles c’est pas plus mal.

Un autre dessin animé qu’elles aiment regarder en boucle de temps en temps et qui est rapide, une vingtaine de minute, c’est « La planète des alphas », qui découle d’une méthode d’apprentissage de la lecture du même nom. Il est censé donner l’envie aux enfants d’entrer dans la lecture au travers de petits personnages, les alphas qui représentent tous une lettre de l’alphabet et qui ont des caractéristiques propre. Par exemple, Mr O aime faire des bulles et les choses rondes, et le Robinet ronchonne et rouspète.

Pour le réveillon du 31, Batpapa étant d’astreinte, on restera à la maison, et depuis l’année dernière ou peut être même déjà 2 ans, on a mis en place un petit rituel, on regarde un nouveau dessin animé en famille! Cette année, le père noël apportera donc aux filles, Panda petit panda et Le Royaume des chats, deux dessins animés des studios Ghibli, comme Totoro, Ponyo, Kiki et Chihiro, deux autres dessins animés qui promettent eux aussi d’être tout doux, adaptés aux âmes sensibles, aux rêveurs et aux coeurs d’enfants.

Y a t’il d’autres parents indignes dans l’assemblée? Et ils aiment quoi comme dessin animé vos minus?

Hanh

Prendre le temps

img_20160803_120547

Nous avons surement un peu oublié, ce que c’était que d’être bébé, enfant, pas trop grand. On a surement changé, évolué, laissé derrière nous un passé, parfois composé, pour prendre à bras le corps ce présent, imparfait, conditionné à ce qu’adulte nous devons affronter. Responsabilités, priés de ne pas se tromper, de bien faire, d’être droit, dans nos choix et nos routes. Prévoir le futur, fait d’impératifs aléatoires, du bon vouloir du destin qui nous échappe, en tentant de le cerner. Si bien qu’on avance, bringuebalant,  bon an mal an, entrainant dans notre route ces petits êtres qui n’ont pas du tout le même rythme, les mêmes besoins et qui ne comprennent pas très bien tout ces trucs de grands.

Dépêche toi, habille toi, ça fait trois fois que je te le demande, bouge un peu ton princier fessier, accélère la cadence. Nous ne sommes jamais au même rythme. Eux aiment prendre leur temps. Vivre l’instant présent et ce nourrir de maintenant. Nous sommes toujours happés par l’après, l’heure tourne, le soleil décline, et demain les conséquences d’une telle inconscience.

Plus qu’imparfait, le parent écoute parfois son enfant parler avec des si et des peut être, qu’ils eussent ensemble utiliser des préceptes commun, vite détourné par le grand dernier mot impératif de l’adulte qui sait. Le subjonctif instinctif des minus fut hâtivement évincé. Un peu, mais point trop n’en faut, le décideur décide, l’enfant suit, de gré ou de mauvaise humeur.

Et lui dira t’on avec une certitude dégoulinante de non sens, tu dois apprendre, aller contre ce à quoi tu tends.

Plutôt que de le laisser aller, découvrir avec emphase, apprendre avec allégresse et vivre dans un bonheur qui aura participé au passé, qui emplira le présent et qui imposera au futur d’avoir non pas une, mais des possibilités multiples et intenses d’avoir la vie qu’ils désirent.

Pourquoi est il si dur, d’aller contre notre nature d’adulte bien formaté, de rechausser nos yeux d’enfants, une tête qui sait qu’il y a des choses à faire, mais qui laisse la place aux petites choses, qui renoue avec les beautés simples, les petits trucs plus important que les soucis ou les ennuies.

Prendre le temps là ou il est, au moment ou il vous enjoint à le suivre et lui courir après pour les trucs chiants, après tout, on s’en fout, après on sera mort.

Hanh

Galère de spécialistes

237002img20161106110058

Il arrive parfois que nos chers enfants aient besoin de consulter des spécialistes pour divers problèmes. Minus première les cumuls un peu en ce moment, et j’ai eu l’immense joie de me rendre compte par moi même de ce parcours du combattant…

Il a fallu que je prenne rendez vous chez un ORL, une histoire d’amygdales hypertrophiées, de ronflements, de suspicion d’apnée du sommeil et de maux de tête. Comme nous en avions vu deux pour Chabidou et que clairement je n’avais pas envie de nous faire encore perdre notre temps, j’ai pris rdv avec celui qui avait réglé le problème de Chabidou. Il est loin et très demandé, mais il nous évitera peut être les écueils auxquels nous avons fait face avec Chabidou. 2 mois et demi d’attente pour ce rendez vous, mais il est fixé.

Ensuite l’ophtalmologiste, l’ophtalmologue? Je ne sais jamais, bref, là, les ennuis ont commencé. Je vais sur le site de la sécu, améli pour regarder ceux proche de chez nous. Mon premier appel est resté sans réponse. Ca commence bien. Deuxième appel, ah mais madame, on ne s’occupe pas des enfants dans ce cabinet, on a pas la place. Euh, d’accord… *bredouille un au revoir*. Encore, qu’il faille des machines adaptées ok, mais pas de place? WTF? Heureusement, le troisième appel fut plus heureux, j’ai eu rendez vous pour minus première un mois après l’appel. Bon le moins, c’est qu’il va falloir un deuxième rdv, parce que sur ce temps de rdv, le fond d’oeil n’est pas compris… Et pour savoir si la minus va avoir besoin de lunette, il faut lui faire cet examen… Donc nouveau rdv un mois après.

Nous avons pris ce rendez vous à cause (ou grâce) au dépistage effectué à l’école par la pmi. Qui nous conseillait vivement également de faire un bilan avec un orthophoniste.

C’est là que tout devient bien plus compliqué…

Il a ensuite fallu prendre rdv pour un bilan d’orthophonie, la maitresse de Minus première m’en avait déjà parlé en début d’année et ce fameux dépistage n’a fait que confirmer qu’elle en avait besoin.

Sauf qu’apparemment c’est une denrée rare par chez nous. J’ai passé au moins une vingtaine d’appels infructueux, appelant tous les orthophonistes de notre ville et de celles d’à côté.

La plupart des numéros aboutissaient sur des répondeurs qui m’enjoignaient à ne pas laisser de message, ou bien simplement qu’il n’y avait pas de place. Sur les répondeurs les moins hostiles, j’ai laissé mes coordonnées comme demandé et j’attends toujours qu’on me rappelle. Au CMPP ainsi que dans les plus gros cabinets, une secrétaire répond! Oh joie, enfin quelqu’un à qui parler. Au CMPP, ils ne prennent plus de rendez vous, il y a plus de deux ans d’attente… Pour les orthophonistes libéraux, on m’a bien fait comprendre qu’il n’y avait de places nul part, qu’il fallait rappeler régulièrement, certains m’ont dit, tous les deux mois, afin de peut être un jour avoir la chance de tomber sur une hypothétique place. On m’a conseillé de voir sur Paris si l’on voulait juste un bilan, qu’ils donnaient des rendez vous.

Sachant que pour un suivi hebdomadaire, ça n’est pas la porte à côté.

Bref, on a réussi à avoir un rendez vous dans un CMPP sur Paris en janvier. On attend donc ce premier rendez vous d’orientation, avec un peu de chance, on verra un orthophoniste avant la fin d’année scolaire… Mais c’est pas gagné!

Reste à reprendre rendez vous pour Chabidou chez l’allergologue, mais la encore, avec les vacances de fin d’année, il n’y a pas beaucoup de dates de disponibles, ça attendra surement le début d’année prochaine.

Avec un peu de chance, on s’arrêtera là niveau rendez vous!

Chez vous aussi c’est compliqué de joindre un orthophoniste?

Hanh

Le domaine de Chantilly

799649img201611111106471

Nous avons visité une partie du domaine de Chantilly vendredi. Il faisait beau, le froid était saisissant, et c’était férié.

Minus première aime beaucoup les châteaux, et son père et moi aussi. Nous sommes dans une région ou plusieurs sont splendides et facilement accessibles, alors on en profite! C’est l’occasion d’une sortie en famille, entre détente, patrimoine, balade et culture.

Visiter un château avec des minus d’un an et demi et 4 ans? Mais oui! C’est une super idée sortie pour tous les âges. L’année dernière nous avions visité Vaux le vicomte, Minus première avait juste adoré, et se souvient encore de ce drôle de lit d’époque, de ses statuts impressionnantes et de ces dorures enchantées.

Évidemment, on ne visite pas de la même façon avec nos minus que quand nous sommes seuls. Exit visite guidée et audio guide, pour le coup, elles sont encore petites et ne s’intéressent pas encore à l’histoire du lieu avec autant de détails. Elles adorent par contre ce concentrer sur ce qu’elles voient. Chabidou et les statuts d’animaux, sur les peintures gigantesques, sur ce tableau où un bébé est allaité, sur cette cheminée impressionnante, cette potiche colorée ou encore tous ces bébés (en fait des anges) qui la surplombait.

8180651479045430649Minus première elle, commence à poser des questions, s’intéresse beaucoup au mobilier, on met des mots sur ce qu’elle trouve beau, ce qui attise sa curiosité, on s’arrête quand elle observe, et on passe rapidement sur d’autres choses. On lui suggère d’observer certaines choses, regarde, c’est une mosaïque, tu en vois d’autres? Qu’est ce que tu vois? Comment c’est fait? Et sur ce mur, ce que tu regardes, c’est une tapisserie, ce n’est pas comme les peintures de l’autre pièce, tu vois, c’est du tissu et les dessins sont fait directement avec le fil. Là nous sommes dans une salle de musique, est ce que tu vois un instrument, tu en avais déjà vu avant des comme celui là? C’est une harpe. Et ainsi de suite.

Elle a été complètement subjuguée par l’immense bibliothèque, a voulu prendre des photos, observé avec attention certains livres et les sièges d’époque, a fait le tour au moins trois fois, observé un plan de Paris avec minutie, levée la tête, baissée la tête et j’ai vu ses yeux pétiller. Entrainant sa soeur par la main, elle lui montrait des choses et les gens n’étaient pas du tout gênés par ses deux petites tornades qui s’extasiaient parfois bruyamment sur les trésors que renfermaient ce superbe château, faisant même des commentaires très positifs en voyant leur intérêt.

2439351479045635536

La bâtisse ne parait pas aussi impressionnante d’aspect extérieur que certaines autres, mais l’intérieur est splendide, fait d’escaliers, de tours et de détours, les salles sont toutes pleines de merveilles et nous avons visité l’intérieur pendant plus d’une heure. Il faudrait certainement le double, voir un peu plus pour profiter pleinement de tous ce qui nous intéressait en tant qu’adulte, mais 1h sans temps mort pour deux petites filles, c’est déjà beaucoup.

Nous sommes donc ensuite partie en quête de nourriture.

Le restaurant situé dans le château est relativement cher, alors nous sommes allés dans les rues de Chantilly, situé à moins d’un kilomètre. D’ailleurs nous nous étions garés sur le parking payant (4euros la journée), mais nous avons trouvé une petite rue non payante pas loin de la rue du connétable, non loin du château et à deux pas des écuries. Finalement, nous nous sommes arrêtés au restaurant chinois, rue du Connétable, je vous le conseille, c’était à base de produits frais pour la plupart et bon. Et pour un prix bien moins cher que les restaurants plus traditionnels de la rue.

Sortie du restaurant, Chabidou qui commençait à s’énerver, c’est écroulée de fatigue dans mon dos et nous sommes partie visiter les écuries. Lieu qui comprend aussi le musée du cheval et la salle de spectacle, d’ailleurs le prochain spectacle à l’air assez chouette, mais il ne démarrait que fin du mois, pour une prochaine fois peut être. Minus première a aussi beaucoup aimé ce musée, voir l’écurie avec ses chevaux et poneys et voir un cheval travailler dans le manège. Chabidou c’est réveillée lorsque nous terminions la visite. Il était presque 16h, 1h30 à parcourir l’écurie et le musée, pour le coup on a pris le temps dans chaque endroit. Le musée était aussi intéressant pour les plus petits que les plus grands et personne ne c’est ennuyé.

1383031479045552609

Il restait encore une grande partie du domaine à visiter, notamment les jardins, mais il faisait froid, et Minus Première en avait assez, vu l’heure nous sommes rentrés tranquillement à la maison.

Le bilan de la journée était très positive, c’est une super idée de sortie en famille, si vous ne faites pas les jardins, c’est même une visite parfaite par temps maussade.

Outre le parking à 4 euros (évitable donc), le prix d’entrée pour tout le domaine est de 17€ plein tarif et 10€ en tarif réduit, avec ce billet, vous avez accès au parc, au château et aux écuries. Lors des spectacles, il existe un billet groupé qui comprend en plus le spectacle.

L’année prochaine, on essayera surement de visiter Fontainebleau.

Quels lieux culturels allez vous visiter avec vos minus?

Hanh

Labeur et soleil

Un weekend chargé, empli d’émotions. Du genre toute la palette.

Il commence à 6h15, avec une minus première qui tente une percée discrète hors de sa chambre et qui y est renvoyé jusqu’à ce que son réveil se mette sur la position soleil. Oui, mais voilà, la bourrique c’est rendormie! Ce qui n’arrive presque JAMAIS. Pourquoi ce jour là, surement parce qu’il aurait fallu qu’on se lève. Maman ouvre donc un oeil à 7h58, pour un départ programmé à 8h30. LARGE.

441365img20161029111043

Brocolis forever!

On court un peu, mais tout était prêt, heureusement d’ailleurs. Et en route pour la gare avec Chabidou que j’emmenais avec moi et ma cousine qui rentrait chez elle. Batpapa lui embarquait Minus première en direction de chez ses Bat grands parents.

Direction le Sud pour moi et Chabidou, un petit we de 3 jours dans la famille. 😀

Ayant réservée mes billets un peu tard, j’ai pris l’aller en première classe et le retour avec une réservation sans place attribuée.

Si j’avais su…

La première classe, c’est assez chouette, il y a des sièges moelleux et surtout bien plus de place qu’en seconde. Et ça avec un bébé remuant ça reste pratique. Surtout que dans le tgv, c’est pas comme dans certains intercités, il n’y a pas de compartiments pour faire s’exprimer le désir de se mouvoir des minus. Je partais plutôt confiante. J’avais téléchargé une application sympa sur mon téléphone pour l’occasion (en temps normal, elles n’y ont pas accès), on avait le bébé rose avec nous, un autre petit jouet et le livre du petit prince. Avec une réserve de cracottes et de gourdes de fruits et légumes en stock.

Oui mais voilà, un vaccin récent et un bébé grognon, ne m’ont pas rendu la tache aisée.

Tout allait bien, jusqu’à ce que je lui refuse de lécher la moquette à nos pieds et ou la fatigue ce faisait sentir. Ce moment où les contrôleurs choisissent de contrôler les billets.

L’un se dirige au fond de la rame, l’autre commence à l’entrée, nos sièges sont les premiers. Ils contrôlent les billets, tente de faire rire un bébé en crise (Echec mec, c’est pire). Puis il se dirige vers les suivants, puis finalement, vers l’autre contrôleur (moi occupée à essayer de calmer bébé), et le contrôleur revient vers nous (il y a de grande chance qu’un gentil passager se soit plaint des pleurs, on est en première quand même!), en me proposant de peut être essayer d’aller la calmer en la promenant dans le couloir. Je sais que ma minus est fatiguée, et qu’une fois qu’ils arrêteront de s’occuper d’elle, j’arriverais à lui donner le sein et qu’elle s’endormira surement.

138414img20161029121434Mais non, il est resté là, me disant que je n’allais pas me faire des amis, surtout en 1ere classe. Je lui dis gentiment, que j’essaierais ça si elle ne se calmait pas. Mais il a préféré rester là, laissant sa collègue finir de contrôler les autres passagers. Je me suis un peu sentie obligée de virer mes fesses confortablement installées dans un siège moelleux de première, pour me taper le bruit et l’odeur du couloir à chiotte. Le contrôleur me suit, et essaye mal à l’aise d’entamer une conversation que je n’ai pas très envie d’alimenter. Non elle n’est pas malade, juste fatiguée. Non elle ne hurle pas depuis le début du trajet, seulement depuis que vous êtes entrés dans la rame. Parce que c’est pas facile pour vous aussi quand même si elle hurle depuis Paris qu’il me dit. Au bout d’un moment, la minus se calme un peu, l’autre contrôleur nous rejoint et ils partent enfin ensemble vers un autre wagon.

La minus a repéré les escaliers, elle n’est donc plus du tout dans une optique de roupiller et essaye de partir à l’aventure, avant que je la rattrape au vol, propulser tête première dans l’escalier par une secousse. Les escaliers d’un tgv en marche sont un lieux parfaitement adapté pour un bébé c’est bien connu. Mais elle ne hurle plus, donc je la laisse naviguer un peu en lui donnant la main, jusqu’à ce qu’elle recommence à s’énerver un peu et que quelqu’un ouvre la porte des toilettes. J’ai donc réintégré mon siège, fuyant l’odeur fort peu discrète de caca puant. La jeune femme à côté de nous (qui avait tenté de mettre un dessin animé sur son ordinateur quand le contrôleur avait décidé de prendre racine, échec) descendait à l’arrêt suivant, elle était sympa et Chabidou lui fait des grands au revoir avant de rechouiner un peu.

Elle a continué à ronchonner, mais nous sommes restées assises, et personne n’a osé venir se plaindre directement auprès de moi. Elle c’est finalement endormie environ 2 minutes avant notre arrivée.

701960img20161030170106

Le séjour fut bien plus sympathique, entre retrouvaille, soleil, cueillette des olives et des pommes et balades alentours, tout c’est passé bien trop vite! Chabidou à fait la sieste dans mon dos, elle a ramassé des olives et manqué de ramasser une pomme sur le coin du museau. Elle n’est apparemment pas très équipée pour la marche en milieu rocheux, dénivelé et instable, c’est une petite chose fragile de parisienne, qui râle dès qu’elle rencontre un peu de nature un brin hostile et ça c’est un peu triste. Ca me donne encore plus envie de déménager pour leur donner la chance de pouvoir gambader dans des paysages comme ceux là. Plus de nature et moins de béton. Plus de liberté et de découverte. Qu’elles soient un peu plus dégourdies en dehors des sentiers battus, plus à l’aise en dehors de la ville.

Tout ça me manque beaucoup en région parisienne. Difficile d’aller cueillir des châtaignes, d’aller construire des cabanes dans la forêt ou apprivoiser des bestioles de vases ici.

5907991478092368532

Mais il a fallu repartir et reprendre le train. Avec une réservation sans place en sur réservation, le couloir était encore en vue. Mais le couloir de 2nde classe est plus accueillant. \o/

Au départ il y avait encore des places de disponible, alors on c’est installée et des gens se sont même installés ailleurs sans rien dire tant qu’il y avait encore de la place disponible. Mais le train étant plein, fut un moment, ou nous avons du migrer dans le couloir, en attendant le dernier arrêt avant Paris pour voir s’il restait une place quelque part.

Dommage, le train était archi bondé, et j’ai squatté le couloir avec une Chabidou super calme contrairement à l’aller, avec des gens qui m’ont même proposé leur place, mais comme elle c’est vite endormie sur moi, on est resté dans le couloir. Ca c’est plutôt bien passé, les toilettes était hs, donc niveau olfactif ça allait, jusqu’à ce qu’une famille nombreuse et bruyante, qui n’avait manifestement pas de billets, monte dans la rame… On était même pas mal jusque là. Ils ont donc squatté le couloir avec tous leurs trop nombreux bagages, leurs fortes voix et des enfants exaltés.

Les contrôleurs sont passés, il y a normalement une place réservée, mais il l’avait déjà donné à une petite fille handicapée, et pas vraiment de place ailleurs, je n’avais pas envie de trimballer mon bébé endormi et mes bagages dans tous le train, donc on est resté là. Ecoutant tous les membres de la famille emberlificoter avec assurance le contrôleur qui est resté de marbre malgré les nombreux changements de discours et les petits gros mensonges de toute la famille. J’ai 4 ans et moi 8 qu’ils ont dit, et moi 14, donc. ^^

195443img20161031140143

Bref, on a survécu jusqu’à l’arrivée, ou nous attendait Batpapa. Je voulais prendre le métro, Batpapa à dit que le RER irait plus vite. Bondé. Avec un bébé en porte bébé, et des bagages, à 18h dans le RER D. Voilà. Un imbécile a essayé de forcer le passage, Batpapa lui a expliqué qu’il allait écrasé un bébé, l’imbécile à tenter d’arracher le siège auto des mains de Batpapa, qui a crié fort et repoussé le malotru hors de la rame avant que les portes ne se ferment. Chabidou n’a pas trop beaucoup aimé ce passage et a eu un petit peu peur, elle a pleuré pendant les très longues 5 min qu’a duré le trajet dans ce RER.

Le trajet suivant en train a été beaucoup plus serein et nous avons enfin pu regagner nos pénates.

Bien fatiguées, mais contentes de retrouver Bat papa et Minus première, je vous l’avais dit, ce fut riche en émotions!

Hanh

La cité des enfants 2-7 ans

787534img201610221732491

Comme c’est les vacances et que je travaille ainsi que Batpapa, Minus première et Chabidou restent avec moi et on ne fait rien de très original. Du coup j’ai voulu profiter du weekend pour passer un peu de temps avec Minus première, j’avais vu qu’il y avait le salon Kidexpo, mais il y a souvent beaucoup de monde dans ce genre de truc et j’ai eu peur que ça ne plaise pas à Minus première. Je me suis souvenue que nous étions déjà allé à la cité des enfants quand minus première avait 2 ans et ensuite à l’expo des bébés animaux. Alors on a décidé de plutôt faire une sortie en famille plutôt qu’entre filles. C’était partie pour la cité des enfants, une expo permanente de la cité des sciences, Paris 19eme. Nous sommes allés à l’exposition 2-7ans, il existe aussi une partie destinée aux 5-12 ans.

12€ par Adulte et 9€ par enfants de plus de 2 ans, les moins de 2 ans ne payent pas. Je vous conseille de prendre les places sur internet en avance, la fil d’attente à la billetterie de la cité des sciences est souvent bien remplie.

Ca s’organise sur 1h30 ou 1h15 pendant certaines vacances (c’était le cas ici) et on achète les billets pour une session précise. Nous sommes allés à la dernière séance, à 17h15 ce jour là, après la sieste des filles, c’était parfait.

Les filles étaient toutes excitées de prendre le train, une peu impressionnées du métro. Arrivés avec un peu d’avance, nous en avons profité pour aller prendre un café, dans l’un des snacks de la cité des sciences et on a même trouvé des gâteaux sans gluten et sans lait pour Chabidou et les filles ont apprécié les petites tables et chaises boules à hauteur d’enfants.

Pour ce qui est de l’expo en elle même, elle s’organise en différentes salles visant à appréhender différentes notions. Au nombre de 5: Je me découvre, Je sais faire, Je me repère, J’expérimente, Tous ensemble. Avec une animation d’une quinzaine de minutes de proposer en plus. Pour chaque activité, on peut voir un panneau qui explique le but, comment aider l’enfant et comment l’adulte peut se positionner.

Les enfants apprennent de façon ludique, en utilisant tous leurs sens et en jouant.

991267img20161022172210

Minus première voulait faire les jeux d’eau en premier, nous nous sommes donc dirigé vers la salle: J’expérimente, qui propose des expériences sur l’eau, l’air, les ombres, la lumière, .. Il y a des tabliers mis à disposition des enfants pour éviter qu’ils ne soient trempés à la fin (échec en ce qui concerne Chabidou qu’il a fallu entièrement changer une fois le tablier enlevé, elle était complètement détrempée). Un peu hésitante au début, Minus première à vite voulu tout essayer. J’avais un doute pour Chabichou, bien vite envolée, elle comprenait assez vite ce qu’il fallait faire et il a été difficile par moment de la détourner de certaines activités pour passer à d’autres. Jeux de transvasement, jets d’eaux pour faire tourner des moulins, courant d’air ou d’eau qui fait avancer des balles et aux enfants de trouver comment franchir les obstacles. Rétroprojecteur et formes géométriques transparentes, objets à bouger pour agrandir ou rétrécir une ombre, différents systèmes pour faire de l’air, …

288384img20161022172610

344082img20161022174501

Ensuite, Papabat a voulu faire un tour dans l’espace, Je me repère, avec un labyrinthe pour les grands (enfants, Batpapa fut déçu de ne pas pouvoir aller jouer) et un autre plus simple pour les plus petits, des formes géométriques géantes à monter soi même dans lesquelles on pouvait se cacher, des sculptures colorées qui prenaient la forme d’animaux suivant l’endroit d’ou on les observait et tout un tas d’autres petites activités que les filles ont encore une fois eu du mal à laisser derrière elles.

501055img20161022181643

C’était au tour de la pièce, Je sais faire. Plein de choses à manipuler, des jeux et machines en bois plus ou moins grosses à actionner, à enclencher, à tourner, à pousser, à déplacer et j’en passe pour faire avancer une balle par exemple ou pour monter un moteur, des lettres géantes à insérer sur un pupitre qui épelle lettres et sons. Culbuto géants, balance avec poids, jeux d’équilibre en tout genre, et autres engrenages à faire tourner, il y avait du choix. Le tout dans une ambiance feutrée et cosy.

Malheureusement certains parents semblent avoir une notion du respect particulière et ont très peu discrètement fait passer leurs enfants devant nos filles, encouragé leur progéniture à prendre ce qu’elles avaient dans les mains ou laisser leurs bambins monopoliser les jeux indéfiniment. Bref, il y avait beaucoup de choses à voir et faire, et comme Minus première n’avait pas trop envie qu’on fasse polémique, nous sommes passés plus vite sur certains jeux que sur d’autres. Le petit bémol de la visite…

932238img20161022182509

Tous ensemble, une salle ou les enfants peuvent jouer sur un petit chantier, l’un destiné aux tout petits, l’autre plus imposant, pour les plus grands. Les filles commençaient à fatiguer et Minus première n’étant pas très à l’aise avec les inconnus, ne savait pas trop quoi faire, les parents sont censés se tenir à l’écart dans cette salle, mais beaucoup étaient avec leurs enfants, ce qui la freinait encore plus, alors j’ai essayé de montrer les jeux à Minus première quand ils se libéraient, mais encore une fois, certains enfants lui sautaient dessus en hurlant que c’était à eux et les parents derrières qui disaient qu’il n’avait pas fini. Bref, elle a quand même pu en profiter un peu, mais a du mal à s’imposer. Chabidou montrait des signes de fatigue évident et avait rejoint les bras de PapaBat. Cela faisait déjà plus d’une heure que nous étions là et nous n’avions plus le temps pour visiter la dernière salle, Je me découvre. Il faudra donc que nous y retournions une fois de plus!

Dans l’ensemble, les filles ont adoré, nous avons fait les salles dans un ordre un peu aléatoire en commençant par les jeux d’eau, ce qui a permis aux filles d’y avoir accès sans foule autour, certaines activités attirent plus que d’autres, mais dans l’ensemble elles ont presque pu faire tout ce qui les attirait sans se faire marcher dessus. Un bon point.

928715img20161022183006

1h15 c’était un peu trop court pour que Minus première puissent tout faire et encore, nous n’avons pas été voir l’animation, elles étaient trop occupées avec autre chose quand ils l’ont annoncé, mais en terme de fatigue, c’était trop long pour Chabidou, qui n’aurait pas pu tenir beaucoup plus longtemps. Mais je me souviens que la première fois que nous l’avions fait avec Minus première vers ses 2 ans et demi, nous étions partie avant la fin, car elle était trop fatiguée.

En fait pour prendre le temps de s’arrêter vraiment sur chaque activité, il faut le faire en plusieurs séances.

Dans tous les cas, c’est une très bonne activité à faire avec ses minus par temps peu clément. Elles en redemandent et ça reste abordable, autant qu’un ciné en famille quoi.

C’est une exposition permanente, mais il y avait quelques activités différentes de la première fois ou nous l’avions fait, encore un plus.

Et vous, que faites vous faire à vos minus pendant ses vacances?

Hanh

Previous Older Entries