Un weekend au gout amer

Personne n’a pu ignorer les événements de vendredi soir. Toutes les personnes connaissant des gens susceptible de se trouver sur place au moment de l’horreur, ont senti dans leur chair l’angoisse de l’attente. Des familles sont endeuillées. D’autres marquées à jamais dans leur chair et leur esprit. Tous se souviendrons de ce weekend au gout amer.

Il y a le pendant. Les yeux voient, les oreilles entendent, mais les informations ont du mal à se faire un chemin, le cerveau à du mal à appréhender la réalité. Une sorte de boule se forme en même temps que la lumière sur ce qui se passe, se fait. C’est en train d’arriver. Minus première dort dans son lit, Chabidou s’endort à moitié sur moi et j’entends l’homme qui livre une bataille entre vampire et humain sur le PC, riant et jurant comme un charretier. 

Ca recommence, ça n’est pas si loin, beaucoup de gens sont morts au nom d’une idéologie d’un autre âge. Ici en France et tous les jours ailleurs. Des crimes, des assassinats au nom d’un Dieu qui n’existe pas. Il n’est pas question de religion, ces gens ne croient qu’en un gourou humain, comme c’est déjà arrivé par le passé, ça n’apporte jamais rien de bon. C’est inadmissible, c’est angoissant, c’est incompréhensible. 

La réponse ne devrait pas être un excès de sécurité, des amalgames incohérents, une peur irrationnelle ou une haine sans nom. 

Certes il faut que les gouvernements agissent intelligemment sur ce problème. 

Mais à notre niveau, la Fraternité n’est pas un mot vain. Répondons par plus de tolérance. Par plus d’amitié, de joie et d’optimisme. 

Pour mes enfants, je n’ai pas envie d’un monde ou les gens ont peur les uns des autres, ou ils se haïssent car ils ont peur. D’un monde qui a perdu sa liberté. 

J’essaye d’élever mes enfants dans l’amour, la tolérance, la curiosité et l’espoir. J’espère que mes filles s’en souviendront en grandissant. En attendant, regarder le monde à travers leurs yeux est une superbe ouverture sur l’avenir. On y lit l’optimisme, l’impatience et la volonté d’avancer. Les serrer un peu dans mes bras et me dire que des choses sombres sont partout. Depuis toujours. Mais qu’il y a des réponses à ça. Que c’est en avançant qu’on y fera fasse.

Vous pensez que je suis naïve. Et bien peut être. Ou peut être pas. Dans tous les cas, sans nier la peur, l’espoir peut être plus fort. Nous l’avons tous les jours sous nos yeux humides. Profitons en! 

Hanh

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :